Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Jacques Le Bris

Climat social, l'été indien

29 Octobre 2009, 16:04pm

Publié par Blogmestre

Bonjour,

 

Avec l’automne la CEGOS nous a donné l’habitude d’émettre une enquête représentative du climat social.

Cette année cette enquête a été réalisée entre le 7 et le 14 septembre. L’échantillon représentait 2000  salariés et 172 Directeurs, ou Responsables, des Ressources humaines de tous secteurs d'activités.


En voici les points retenus en synthèse :

Les salariés restent très impliqués dans leur travail


Salariés et DRH sont d’accord : le climat social est mitigé… mais leur analyse des causes diffère

La relative solitude du salarié engendre des comportements d’auto-protection

De nouveaux comportements au travail se développent du fait de la porosité entre vie privée et vie professionnelle

Les salariés sont lucides face à la crise et réagissent de deux façons :

  • En acceptant la situation et ses conséquences jusqu’à un certain point
  • En passant à l’action radicale si la situation semble sans issue

La sortie de crise sera l’occasion de réduire le sentiment d’iniquité. Et ainsi éviter que la situation ne se cristallise

 

 

Points que l’on peut comparer aux enseignements émis l’an passé au 21 novembre 2008.

 

Les salariés sont satisfaits de leur environnement direct de travail, mais leur confiance envers l’entreprise et ses managers est entamée.

En manque de reconnaissance et d’équité,

  • Ils jugent le management insuffisamment présent et peu acteur en matière de développement des compétences
  • Ils jugent l’entreprise « statique » et cloisonnée, offrant peu d’évolutions de carrière, ne favorisant pas assez la coopération

Leurs insatisfactions donnent lieu à une « résistance passive » et à un certain désengagement. => Ce qui peut présenter un risque pour la compétitivité et l’innovation.


Une majorité de DRH n’anticipe et ne prévient pas les risques liés à ces évolutions.


Les représentants du personnel ont du mal à trouver leur place dans cette nouvelle forme de conflictualité et ont peut-être un nouveau rôle à inventer.

Cette mouvance s’inscrit dans un paysage syndical en pleine recomposition.

 

Ainsi la mise sur la touche des représentants du personnel semble devenir évidente. On ne s’adresse à eux que tout juste avant d’aller voir un médecin en cas de malaise dans l’entreprise.

 

Vous aurez noté que l'option, (même si elle est d'actualité) "je me suicide", n'y figure pas.


Cordialement

Jacques Le Bris

 

Addendum du 2 novembre 2009

 


En intitulant ainsi ce billet, j'avais bien pressenti que le climat social était dans un équilibre fragile et qu'il risquait de basculer très vite.

Hélas à Toulouse, il n'aura pas fallu attendre longtemps avant que cet été indien ne se transforme en automne meurtrier. Ainsi, le vendredi 30 octobre, soit au lendemain de l'émission de cet article, un chauffeur-livreur poussé à bout par la crise ambiante a tué son employeur et le fils de celui-ci à coups de fusil dans une zone industrielle de la  banlieue de la Ville Rose où visiblement tout n'est pas forcément rose.

Ce fait divers est mentionné dans une revue économique bien connue de la région Midi-Pyrénées intitulée .

Ainsi la crise, partie de Wall Street depuis que la mafia s'en est emparée et alors que les membres du G20 sont impuissants à traiter le problème, fait donc des victimes collatérales jusqu'à nos portes.

Pour en savoir un peu plus sur ce drame, lire le Post.


Commenter cet article