Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Jacques Le Bris

Comment faire salle comble ?

22 Septembre 2009, 11:50am

Publié par Blogmestre

Bonjour,

Comment faire salle comble en ce moment où rôde à la fois le Spectre de la Grippe A H1 N1 et l'Ombre de la crise économique ? C'est bien la question que se posent tous les organisateurs de l'évènementiel.


Pourtant, la réponse est très simple : en la comblant* !  Par exemple, comme ici à l'équinoxe d'automne 2009 à Toulouse.


Certes pour nous, Toulousains de naissance ou d'adoption, la chose est facile pour connaitre les raisons d'un tel résultat qui fait ressembler, une modeste salle d'un quartier tout aussi modeste de Toulouse, à un couloir du Métro Parisien à une heure de pointe ; il nous suffit de demander à un de nos bons amis : dis-moi, tu ne connaitrais pas quelqu'un qui me donnerait gentiment  les clés du succès ?
Alors si ce n'est qu'un simple ami, la réponse coulera malgré tout de source : pour les B. A. BAs, comme pour l'expertise, c'est BAdie qu'il faut que tu rencontres !
Si c'est un vrai, un véritable ami, il t'aurait déjà recommandé bien avant que tu lui poses la question : vois José au 2 Bis !

Une fois que l'on sait cela, il suffit d'un message tout à fait sibyllin comme celui-ci paru deux jours auparavant dans un journal local (mais en ligne) pour obtenir la photo ci-dessus !
Toutefois un bon décryptage de cette photographie s'impose pour mieux comprendre le phénomène.
Dans cette salle était réunie, des personnes de toute origine, de tout âge, de toute religion (et même sans), de toute appartenance politique (exceptées les extrêmes, encore qu'il n'y ait pas eu de vérification sur ce point à l'entrée), bref un cocktail qui pourrait s'avérer explosif une fois mis en pression par un chauffeur de salle mal intentionné...
Un seul point commun unissant cette assemblée : le plaisir d'être présent à cette fête sous le prétexte bien fugace d'un 80° anniversaire partagé avec des amis :
- ceux d'avant hier (conservés à travers le siècle depuis les bancs de l'école),
- ceux d'hier (une carrière commerciale dans un laboratoire pharmaceutique, cela aide à tisser sa toile relationnelle, surtout lorsqu'on exerce son métier pleinement bien au delà des aspects purement mercantiles),
- ceux  d'aujourd'hui (leader naturel régional aussi bien dans le domaine économique en tant que Président (à vie) de l'Association économique Entreprise-Marketing-Communication que dans le domaine culturel en tant que Secrétaire Perpétuel de L'Académie du Languedoc),
- ceux de demain (Excusez-les, ils n'ont pas pu figurer sur cette photographie, mais rassurez-vous, ils ne vont pas tarder à arriver)

Cette dernière catégorie pose d'ailleurs problème aux organisateurs. Il faut éclaircir ce point. JBA ayant conservé toute sa jeunesse d'esprit, ayant coutume de mordre la vie à pleine dent, voire de brûler les étapes et ayant comme d'habitude bien préparé son discours a eu la surprise de voir dans la salle ses 4 petits fils qu'ils croyaient vaquant à leurs occupations professionnelles aux 4 coins de la Planète. Il fut si ému qu'il en fit un lapsus révélateur au lieu de donner rendez-vous à l'assemblée à dans 10 ans comme dans la chanson, il prononça haut et fort à dans 20 ans !
Aussitôt une question se posa comment faire tenir tous ses amis en cet endroit ce jour-là ? Une lueur d'espoir vint à l'esprit. Il n'y a qu'une solution à Toulouse même, une salle serait suffisamment grande pour les accueillir, s'ils décidaient tous de venir, celle des Illustres.
Cela devrait pouvoir s'arranger car dans l'assistance il y avait justement un Candidat expérimenté qui se verrait bien le recevoir ce jour-là en tant que Maire de la Ville, mais surtout en tant qu'ami, cela va sans dire.
N'ayant que deux filles il serait alors le dernier d'une longue lignée à porter ce nom qui depuis l'époque des Cathares a régulé le poult de la bonne ville rose. Un tel évènement serait comme un point final d'un beau livre.

Nota : le soleil s'est montré complice, il était question, pour donner une couleur quelque peu scientifique à ce rassemblement, de bien vérifier à midi que cet astre passait par le plan équatorial de notre planète Terre. A midi, il a décidé de rester dans les coulisses pour bien montrer que l'automne était arrivé, au grand bonheur des convives qui n'étaient venus là, en fait, que pour une seule chose, le plaisir... de revoir leur vedette JBA dans la joie et la bonne humeur.

Certains verraient dans la gratuité une explication plausible comme facteur de réussite de ce rassemblement. Ce qu'ils ne savent pas c'est que pour des raisons de ciblage, une opération de rattrapage était organisée le soir même pour les personnes qui n'avaient pas pu se libérer pour assister à l'acte 1, avec cette-fois une participation aux frais.
Et comme un effet Kiss Cool, ou un bis repetita, la salle du restaurant fut là encore pleine, à faire craquer son Patron. La rançon du succès a fait que la moitié des convives avait tout simplement omis de signaler qu'elle viendrait (cela coulait pour elle de source). Heureusement que le Patron est un ami de qui vous supposez, il fit donc des pieds et des mains  comme un artiste de haute voltige pour satisfaire toute l'assemblée. Cela parait une bonne politique... commerciale.


De cette histoire on peut tirer aisément quelques caractéristiques des amis de José Badie :
1 ils sont nombreux, voire très nombreux
2 ce sont de vrais amis sur qui il peut compter
3 il sont courageux (un rassemblement ne leur fait pas peur malgré la grippe A)
4 ils sont tous talentueux dans leur domaine respectif
5 ils souhaitent sincèrement que José vive encore longtemps car avec lui on ne peut voir la vie qu'en rose (quelques uns y voient d'ailleurs l'origine du surnom de Toulouse, la ville rose, réputée jusqu'ici par sa violette)
6 ils ne manquent pas une occasion de faire la fête malgré l'adversité



Quant à la météo vu du côté de l'intéressé, ce fut plutôt humide, pour couper court certainement à la grande sécheresse estivale. Quelques larmes par ci par là, comment effectivement rester impassible devant tant de témoignages d'affection ?

Mais encore ce n'est pas tout, une pluie d'honneurs lui est tombée sur les épaules, comme à Gravelotte :

- le midi, ses pairs  et compères de l'Académie du Languedoc lui ont offert, comme après un jeu de chaises musicales, Le Fauteuil N°1 pour avoir (oh combien) tenu jusqu'ici son fauteuil N° 43, mais surtout pour avoir contribué au rayonnement de la culture Languedocienne à l'instar du Fondateur même de cette noble Académie dont ce fauteuil était jusqu'à hier entièrement dédié.
- le soir, la médaille du mérite (et pas seulement agricole cette fois, il a celle-là à son palmarès depuis près d'un demi-siècle) lui était attribuée sous les applaudissements fournis des convives qui voyaient là une juste récompense de sa  bienveillance aussi constante que désintéressée.
Voilà pourquoi j'avais annoncé que l'équinoxe à Toulouse serait pour une fois mémorable, elle le sera indubitablement pour les heureux participants. Les autres auront noté que c'était la journée internationale de la Paix, quelques Toulousains se sont souvenu aussi du 8° anniversaire de la catastrophe d'AZF qui avait pourtant fait du bruit à l'époque ; on en percevra d'ailleurs les échos encore le 19 novembre prochain.


Cordialement
Jacques Le Bris

* de bonheur évidemment.

Commenter cet article