Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Jacques Le Bris

40 ans déjà !

23 Juin 2009, 11:33am

Publié par Blogmestre

Bonjour,


Rassurez-vous, le sujet de ce billet n'est pas l'approche de mon anniversaire, mais le sentiment que quelques Responsables pensent déjà à la rentrée 2009, alors que beaucoup de nos concitoyens ne pensent actuellement qu'aux vacances ; la saison est déjà bien terminée à la fois pour les chaines de Télévision et pour les écoles non directement concernées par les examens en cours.

Il me semble qu'il est très dur d'anticiper ce qui va se passer réellement à la rentrée alors que toute une classe d'âge va se trouver face à un problème pratiquement insoluble dans les conditions actuelles : celui de la recherche de son premier job.

Les années précédentes, le départ massif à la retraite des anciens permettait d'absorber ce choc saisonnier sans coup férir (ce qui a permis aux Politiques d'attribuer ces bons résultats à leur "inlassable action" tout en occultant totalement le rôle des statistiques démographiques jusqu'ici très favorables).

Cette année, alors que le problème des quinquas, voire des quadras, sans emploi n'est toujours pas traité, les anciens actuellement en poste sont invités à rester plus longtemps en activité pour contribuer au financement des retraites des plus anciens ou des plus privilégiés de notre société devenue très inégalitaire. Certaines catégories sociales ont accumulé des avantages acquis grâce à la faiblesse des Politiques pratiquant pendant des décennies le clientélisme assurant leur réélection et surtout les avantages associés à leur fonction de représentation, qu'elle soit pleinement assurée ou non...


En fait, je me souviens qu'il y a tout juste 40 ans, (au lendemain donc d'un printemps 68 fort agité et bien ancré dans notre mémoire collective) j'étais pion dans un lycée de la Région Parisienne pour financer mes études. Une réflexion, commune à l'époque aux élèves que je surveillais et qui préparaient leur Bac, était la suivante : « A quoi bon passer ce Bac ? Alors que l'on va se retrouver demain au chômage ».


Donc dans cette crise, il n'y aurait apparemment rien neuf. La galère continue simplement son long cours. Il n'est donc absolument pas étonnant que le LEAP puisse annoncer sans sourciller qu'elle va se prolonger pendant les 25 ans à venir.


Je vois toutefois une caractéristique bien particulière à celle-ci, à moins que je sois devenu moins aveugle qu'auparavant. Cette crise a vraisemblablement été provoquée sciemment par les Grands Banquiers qui en sont les très grands bénéficiaires, vu qu'on va bientôt leur demander de l'argent supplémentaire que devront payer nos enfants sous forme d'un nième emprunt d'Etat alourdissant encore un peu plus notre dette.


Les plus optimistes disent que nous sommes mieux placés que les Américains et que les Britanniques qui seront eux obligés d'emprunter lourdement sur le marché mondial de la Finance, marché piloté bien entendu par ces Grands Banquiers qui viennent d'investir en achetant leur liberté de manœuvre.

Bien protégés dans leurs bureaux climatisés, ces Grands Banquiers se frottent donc les mains à la vue de cette manne promise garantie par l'Etat. Leur problème actuel est donc : à quelle hauteur acheter le silence des collaborateurs directs pour entretenir le système et rester en mesure de provoquer la crise suivante et en bénéficier à nouveau ?

Ceux-ci sont d'autant plus tranquilles qu'ils constatent avec une joie intense et tout à fait retenue que, pour l'instant, la colère des masses touchées par les dégâts collatéraux dus à leurs exactions s'exprime envers ceux qui se trouvent à portée de main, c'est-à-dire leurs Managers directs, eux aussi victimes de cette manigance.


Jusqu'à quand les masses seront ainsi dupes ? Là réside toute la durée de la tranquillité des Banquiers.


Bonnes vacances à tous*.


Jacques Le Bris



* Enfin, à ceux qui peuvent se les payer encore, même en allant éventuellement demander un prêt à leur Banquier... Tant qu'à faire, cela doit pouvoir se négocier... en toute tranquillité. N'est-ce pas ?




Commenter cet article