Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Jacques Le Bris

De Vœux à faire-part, n'y a-t-il qu'un pas ?

7 Janvier 2009, 11:01am

Publié par Blogmestre

Bonjour,


Vous avez, probablement comme moi, reçu de nombreux vœux de la part de vos amis et de vos prestataires.

A mon avis, il ne faut pas mettre tous nos vœux dans le même panier.

C'est bien pourquoi j'ouvre ce billet bien à part de celui que j'ai consacré initialement à ce sujet d'actualité.

A la vue de l'image ci-jointe, vous comprendrez cette précaution sachant que je m'interroge vraiment sur le sens du message émis par ce prestataire, dont je tairai le nom.

D'origine teutonne, hasard où pas, il essaie de me vendre l'idée qu'il est expert en tir et que ses cibles sont donc des Chasseurs... de têtes. D'où probablement son message pour le moins ambigü.

Il ne vous aura pas échappé en effet que cette fusée ressemble étrangement à un missile V1 de la dernière guerre mondiale, missile de triste mémoire ayant de nombreux descendants, avant d'être devenu bizarrement un emblème des aventures de Tintin.

A la réflexion, ce symbole est peut-être inspiré par l'air du temps. La guerre économique va effectivement faire rage.

Ainsi un grand patron français au regard de la situation où les marchés vont stagner, voire se réduire encore, a fait la remarque suivante à l'aube de cet an tout neuf : il n'y a qu'une seule solution conquérir des parts des marchés restants, au détriment bien entendu des concurrents moins bien armés pour faire face au combat féroce qui s'engage.

Son message a été on ne peut plus clair. Il n'a donné en effet qu'un seul mot d'ordre à ses propres troupes : A l'assaut !

De brillants économistes, comparant la crise en cours à celle de 1929, ne nous ont-ils pas rappelé que celle-ci s'était objectivement terminée dans les années 50 après hélas une bonne guerre mondiale ?

Le Capitalisme a besoin ainsi de déstocker de temps en temps pour faciliter la relance. Y compris bien entendu les milliards que représentent les armes disponibles sur le marché mondialisé.

Pour nous rassurer, un Spécialiste de la géopolitique a fait le calcul des conflits en cours  sur notre planète en ce début d'année qui participent donc activement à ce déstockage. Il en a trouvé aux alentours de 160 !

A part trois ou quatre qui, comme un véritable leitmotiv, font régulièrement la une des journaux, nous serions bien en peine d'en citer ne serait-ce que le dixième.

Heureusement pour nous, ils n'ont pas lieu en Europe. Ceci explique peut-être notre ignorance.

Nous Européens, nous ne restons cependant pas les bras croisés. Corses, Basques, etc. participent régulièrement à la casse. Même notre Gouvernement nous donne une prime pour nos efforts dans ce domaine. Aussi avons-nous bien compris le message : nous avons même battu le record de véhicules incendiés à la Saint-Sylvestre (+ 30 %), histoire de consolider le marché automobile... De ce côté, rassurez-vous le combat continue tous les jours, même si les médias ne s'y intéressent plus.

Pour nous inciter un peu plus à piocher dans les stocks et consommer, au lieu d'épargner bêtement, le taux du livret A maintenant bien vendu va très bientôt être réduit à la portion congrue.

Sera-ce suffisant ? L'avenir nous le dira !

Certains provocateurs font déjà  moults efforts pour nous entrainer bien plus loin. 2015 est à l'horizon et compléterait bien une funeste série qui traverse les siècles (voir ce billet).



Cordialement

Jacques Le Bris

Commenter cet article

henri kaufman 25/01/2010 07:55


Eh oui, les bons vœux de Das Auto Volkswagen : c'est, aussi, le pompon !
http://henrikaufman.typepad.com/et_si_lon_parlait_marketi/2010/01/analyses-pub-170-volswagen.html
Henri K


Blogmestre 25/01/2010 09:09


Bonjour,

Je salue ici le passage de Monsieur Henri Kaufman, un de mes plus anciens et prestigieux Twiends sur Twitter et plus connu par ses livres en réalité augmentée* et autres
vidéos du succès que je vous recommande vivement.

Cordialement
JLB

* Voir un de mes articles à ce sujet : Un vaccin contre la pandémie de morosité