Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Jacques Le Bris

Fukushima tue par les Lobbyistes nucléaires

8 Octobre 2015, 14:10pm

Publié par Blogmestre

 

 

Bonjour,

 

Les Lobbyistes nucléaires sont faciles à repérer, ce sont ceux qui ne vous parlerons pas de ce documentaire en 3 épisodes sur Fukushima, des particules et des hommes.

Fukushima, une pollution en mouvement

Fukushima : la mesure, rendre visible l'invisible

Fukushima, comment est-on contaminé ?

 

Fukushima, une pollution en mouvement. Visionnez le 1er épisode de "Fukushima, des particules et des hommes". Le film de Gil Rabier et Claude-Julie Parisot est présenté en avant-première sur le site de Sciences et Avenir.

"Aujourd'hui, quelque chose peuple l'air que l'on respire". La formule - entendue dans ce documentaire - fait froid dans le dos : elle traduit l'angoisse dans laquelle vivent toujours les habitants de Fukushima. La catastrophe a eu lieu le 11 mars 2011. Ce jour-là, la centrale nucléaire japonaise était ravagée par un séisme et un tsunami. Mais Fukushima, c'est encore chaque jour une réalité palpable pour les hommes et les femmes qui vivent dans la région du site dévasté. Le documentaire "Fukushima, des particules et des hommes", réalisé par Gil Rabier et Claude-Julie Parisot s'est attaché à décrire leur quotidien. À expliquer comment, presque 5 ans après la catastrophe, ils continuent de réfléchir à leur futur. Avec l'accord d'Universcience, de l'Inserm et de Kami Production, ce documentaire est diffusé en avant-première sur le site deSciences et Avenir. Il est présenté sous la forme de 8 épisodes, de 5 à 6 minutes chacun. Le premier épisode, intitulé "Une pollution en mouvement" donne notamment la parole au spécialiste en radioprotection Shinzô Kimura, qui explique comment, malgré le temps qui passe, la radioactivité a pu s'accumuler en certains endroits du territoire, en raison de phénomènes naturels comme le vent ou la pluie. Comment vivre avec une contamination "qui n'en finit pas de se déplacer ?"

 

Fukushima : la mesure, rendre visible l'invisible 2e épisode de "Fukushima, des particules et des hommes" : le film de Gil Rabier et Claude-Julie Parisot est présenté en avant-première sur le site de Sciences et Avenir.

Le documentaire de Gil Rabier et Claude-Julie Parisot (Kami productions) est composé de 8 modules, de 5 à 6 minutes chacun. Nous vous proposons de visionner ci-dessous le 2e épisode... Le but avoué de ce film, présenté en avant-première sur le site de Sciences et Avenir ? Être concret. C'est-à-dire présenter concrètement ce que font les habitants, jeunes, vieux, agriculteurs ou mère au foyer - comme celles de l'association "Mama Becquerel", que l'on découvre dans ce module - pour comprendre où se trouve la contamination radioactive dans leur environnement et comment s’en protéger. Ou exposer concrètement le travail des scientifiques sur le terrain, un travail de prélèvements, d’observations répétées, de mesures, d’accumulations de données pour le futur. Car si la catastrophe deFukushima a eu lieu le 11 mars 2011, ses conséquences sont toujours d'une cruelle actualité pour les hommes et les femmes vivant dans la région de la centrale accidentée.

Fukushima, comment est-on contaminé ? 3e volet du film de Gil Rabier et Claude-Julie Parisot "Fukushima, des particules et des hommes".

"Quand il n'y a pas de vent, l'air est pur. Mais s'il se lève, il soulève la poussière du sol, qui contient du Césium. Il faut faire attention". Ainsi parle l'un des agriculteurs de la région de Fukushima interrogé par Gil Rabier et Claude-Julie Parisot dans ce 3e volet de leur film "Fukushima, des particules et des hommes", que le site de Sciences et Avenir diffuse en avant-première. Cet épisode est consacré aux différents vecteurs de la contamination des femmes et des hommes qui vivent à proximité de la centrale nucléaire ravagée le 11 mars 2011. Comme l'air que l'on respire, la nourriture que l'on mange et qui a poussé dans un sol chargé de radioactivité... A un médecin qui l'interroge sur les changements dans son alimentation susceptibles de justifier un pic dans la quantité de Becquerels qu'il émet - car un corps contaminé devient radioactif à son tour -, un autre agriculteur répond "trois jours durant, je suis monté sur le toit de ma maison pour en refaire le chaume. J'ai sans doute respiré des particules irradiées". Glaçant...

 

 

Si vous considerez que tout ceci est du vent, alors écoutez-le !

 

 

de quoi garder le silence. N'est-ce pas ?

 

 

Cordialement

Jacques Le Bris

 

Commenter cet article